Categories
Feedback

Orange-Handicap-Braille

Article proposé par Andrea CUELLAR MONROY et Methradée THIPKONG

Le groupe de rédaction a eu l’opportunité d’interviewer M. Olivier DUCRUIX et M. Loîc LAUSSEL, les intervenants d’Orange sur le sujet de l’accessibilité numérique. Nous vous dévoilons leur expérience et parcours sur le sujet :

MBE E-Business (MEB) : Pouvez-vous nous présenter en quelques mots votre parcours professionnel?

Olivier DUCRUIX : “Je suis ingénieur informaticien de l’INSA Lyon. J’ai toujours travaillé chez Orange France Telecom à l’époque. Lorsque je suis sorti de l’école dans les années 80, j’ai ciblé une grande entreprise où j’aurais plus de facilité en terme d’adaptation au poste de travail et puis de diversité qu’au niveau de fonctions et des postes. J’ai occupé de postes de travail techniques sur des projets informatiques, mais aussi de management dans les aspects de soutien et de gestion de situation de crise sur le système d’information et d’actions préventives. C’est depuis 10 ans que je travaille dans l’accessibilité numérique puisqu’en 2005 j’ai proposé le sujet au niveau de la DSI d’Orange et le projet a été accepté et au fil des ans cela a pris de l’ampleur”.

Loîc LAUSSEL : “Je suis tombé par hasard quand j’ai été petit. J’ai une formation d’informaticien aussi d’une école d’ingénieur. Après mon alternance Je suis rentré directement chez Orange en tant que développeur web. Avant je ne faisais que du développement et c’est depuis 4 ans que je travaille avec Olivier dans la partie accessibilité, je découvre l’accessibilité et maintenant je suis expert en accessibilité”.

MEB : Pour quelle raison Orange a voulu autant s’investir sur le sujet d’accessibilité ?

Olivier DUCRUIX : “Chez Orange, le sujet d’accessibilité date environ d’une douzaine d’années maintenant. Cela a débuté par la création d’une mission insertion handicap dans l’objectif d’embaucher des salariés en situation d’handicap et de les maintenir dans l’emploi.
Mais c’est en 2003 ou 2004 que la Direction Accessibilité du groupe a travaillé en parallèle avec le département marketing afin de proposer à nos clients des produits et des services accessibles adaptés à des personnes handicapés que ce soit au niveau des terminaux mobiles”.

MEB : Pouvez-vous faire un état de lieux aujourd’hui sur le côté accessibilité des sites web français et comment vous voyez l’évolution ?

Olivier DUCRUIX: “Nous pouvons dire que l’accessibilité numérique évolue dans le bon sens. En séparant le public du privé, les entreprises ont une obligation légale. La loi de 2005 oblige à embaucher 6% de personnes handicapées dans le secteur public et dans les entreprises privées de plus de vingt personnes. Aujourd’hui le gouvernement met des réels moyens pour faire en sort que l’accessibilité numérique évolue positivement. A titre d’exemple, une nouvelle version de référentiels d’accessibilité a été rédigé cette année pour les administrations. Plus précisément, ils produisent de plus en plus de recommandations et de livrables dans le but d’aider les sites publics à devenir accessibles. Néanmoins, nous pouvons dire globalement qu’on est loin du compte”.

MEB : Justement est-ce qu’Orange a des nouveaux projets pour sensibiliser les entreprises sur l’accessibilité ?

Olivier DUCRUIX : “Nous, on est fier que chez Orange il existe un centre de compétences de 15 personnes qui travaillent sur l’accessibilité et qui ont pour vocation d’accompagner tous les projets qui développent de sites internet. Nous menons un programme d’actions pour intégrer cette notion d’accessibilité numérique comme une exigence à prendre en compte dans le projet et que cela devient vraiment une partie intégrante de la culture d’entreprise. Vis à vis extérieur, la démarche chez Orange est de faire des projets comme « Service confort plus » qui permet d’améliorer le confort des utilisateurs sur un site web”.

MEB : Vous sensibilisez les nouveaux développeurs ?

Olivier DUCRUIX : “Aujourd’hui, nous pouvons constater qu’au niveau de cursus étudiants l’accessibilité n’est pas un sujet intégrer dans le cursus. Dans le cadre de notre ouverture vers l’extérieur, nous souhaitons contribuer à le faire changer”.

MEB : Quelques conseils à donner aux futurs diplômés du MBA E-business ?

Loîc LAUSSEL : ” Sur un projet de développement il faut penser à tout. L’accessibilité fait juste partie, avant j’ai développé et je voyais qu’une partie de l’iceberg mais depuis que j’ai vraiment découvert dans la globalité, tout ce qui peut apporter et tout ce qui peut se faire avec et puis cela n’écoute pas grande chose. L’astuce est d’intégrer le point de l’accessibilité dès le début du projet comme la qualité du code. Lorsqu’un projet démarre, l’entreprise demande un code de qualité, la maintenance est compris. C’est déjà marqué dans le cahier de charges. En effet, cela ne coûte pas plus cher et il faut arriver à négocier et à pas lâcher. Il faut éviter de se retrouver dans une stade à devoir arbitrer entre la qualité, le dessin et l’accessibilité. Il est important à comprendre que l’accessibilité n’est plus un choix”.

Nous tenons, encore une fois, à remercier Olivier DUCRUIX et Loîc LAUSSEL de nous avoir accordé du temps pour partager leur expérience et parcours sur un sujet aussi intéressant que l’accessibilité numérique.

Write a comment