La matrice AARRR

Le growth hacking un terme qui intrigue, passionne et déranges-en même temps c’est quoi ?

Pour faire simple le Growth hacking n’est rien d’autre qu’une nouvelle façon de voir la croissance des entreprises web, le but est de faire intervenir tous les métiers du web ensemble pour maximiser la croissance.

Le Growth hacking s’oppose à une vision traditionnelle ou travaillent séparément le marketing chargé de générer du trafic et les développeurs opérant sur le site, suivant des objectifs différents.

Le Growth hacking est donc un état d’esprit, une méthodologie dont l’objectif est la croissance rapide pour les  start-up

Les missions d’un Gowth hacker :

Un (e) Gowth hacker travaille à partir de la matrice AARRR (Acquisition – Activation – Rétention – Referral – Revenu ). Cette matrice définit les différentes étapes successives sur lesquelles un Growth Hacker doit porter son attention :

  • Acquisition :

Consiste à attirer des internautes sur un service via différents canaux : réseaux sociaux, SEO, SEA, etc…

  • Activation :

Une fois que les internautes sont arrivés sur le landing (page d’atterrissage), ont vu la proposition de valeur, il faut réussir à les faire adhérer, c’est-à-dire transformer l’internaute en utilisateur.

  • Rétention :

La rétention consiste à faire en sorte que les utilisateurs deviennent actifs et utilisent régulièrement le site web, donc le Growth hacker doit être actif pour faire des mises à jour régulières, mettre des nouveautés, proposer des nouvelles fonctionnalités, organiser  des événements,  proposer les bons de réduction, proposer les  programmes de fidélité etc… Il est donc important pour un Growth Hacker de bien travailler la rétention pour atteindre les objectifs de croissance de nombre des utilisateurs.

  • Referral :

Le referral est une étape qui consiste à transformer les utilisateurs actifs en chiffre d’affaires, C’est-à-dire que le prospect dévient un client réel.

Les compétences d’un growth hacker ?

Les compétences du Growth Hacker doit être très large :

  • Une très bonne faculté d’analyse des données (utilisation poussée de l’analytics),
  • Une excellente compréhension des motivations des utilisateurs,
  • Une bonne créativité permettant de mettre en place toujours de nouvelles solutions,
  • Une obsession pour la croissance.
  • Une très bonne compréhension des faisabilités techniques en programmation. Savoir développer n’est pas indispensable car il doit intervenir dans différentes techniques d’acquisition.

#Rédactrice :  Viviane KOUBIA  étudiante  MBA E-Business 2018 Janvier 

Write a comment