Feedback

 

 

Le consommateur digitalisé est multi connecté et de plus en plus versatile. Surfant de device en device, et destinataire d’une multitude de signaux, il devient particulièrement exigeant quant à la personnalisation et l’originalité de son parcours utilisateur. Comment le Growth hacking permet d’améliorer le parcours client?

 

 

Résultat d’images pour gowth hacking

Emergence du growth hacking

L’écosystème digital, en transformation constante, impose une réactivité sans faille aux marketeurs.

Pour saisir l’opportunité complexe qu’il présente, et réussir à séduire, attirer, fidéliser les cibles nouvelle génération, il est essentiel de maîtriser la data et les technologies.

D’où l’émergence du Growth Hacking.

Cette discipline permet d’accélérer significativement la croissance d’une entreprise, en acquérant et fidélisant rapidement les utilisateurs, grâce à l’usage de leviers digitaux inédits.

 

Comment fonctionne le growth hacking?

A la différence du marketing, axé sur la notoriété et la perception de la marque, le Growth Hacking cible l’ensemble des activités directement liées à la croissance.

Pour atteindre ses objectifs, le Growth Hacker combine plusieurs expertises : marketing digital, analytics, développement front-end et back-end, connaissance des consommateurs et utilisateurs.

Réussir son growth hacking

L’usage d’analytics est fondamental, car il permet de comprendre le parcours de l’utilisateur, écouter les retours par email et sur les réseaux sociaux, afin d’ajuster au fur et à mesure le message  ou le  produit destiné aux cibles.

La maîtrise des langages de programmation front et back-end a aussi une place centrale dans la stratégie du Growth Hacker : elle lui offre liberté et autonomie pour imaginer des concepts digitaux originaux.

 

Le Growth hacking une nouvelle manière de penser

Le Growth Hacking, au delà d’être un mix d’outils digitaux astucieux, est aussi une façon de penser.

Si certains imaginent encore que les plus grosses campagnes donneront les meilleurs résultats, le growth hacker se concentre plutôt sur ce qui peut avoir un impact considérable  sur la croissance. En adoptant avant tout une culture de l’essai et du test, en écoutant ses cibles afin de mieux les comprendre et appréhender ce qui fera naître leur engagement.

Le cas Google illustre bien cet état d’esprit : Gmail, lancé en 2004 comme projet interne uniquement réservé aux employés, s’est progressivement ouvert grâce à un système d’invitation, pour ensuite rester en beta pendant 5 ans. La plateforme est à ce jour l’un des produits Google ayant connu le plus de succès.

Tandis que Google Plus, projet dans lequel des millions d’euros ont été investis, n’a pas rencontré ses cibles.

Le cas Instagram, lui, démontre la nécessité d’être à l’écoute de l’utilisateur pour adapter progressivement  le produit à ses besoins. Ses fondateurs avaient d’abord créé une application appelée Burbnb qui était particulièrement utilisée pour ses filtres photo. L’entreprise a donc décidé de faire évoluer le projet vers le réseau social que l’on connaît aujourd’hui, centré sur la mise en ligne et customisation de photos.

Dans la mise en oeuvre d’une stratégie, chaque utilisateur, chaque essai, chaque minute et chaque euro compte. En tenant compte de cela, il y a 5 étapes pour atteindre progressivement l’objectif final :

 

  • . Acquisition – Référencement (SEO, SEM, relations presse, emailing…)
  • . Activation – Obtenir une action de la part du prospect
  • . Rétention – Arriver à faire revenir le prospect
  • . Referal – Utiliser le prospect comme medium
  • . Revenue – Paiement de l’utilisateur

 

Buzzword

Le terme de Growth Hacking a été employé pour la première fois en 2009 par Sean Ellis, alors directeur marketing de Dropbox. Puis popularisé par Andrew Chen, directeur du pôle Acquisition d’Uber dans la Silicon Valley, l’ayant utilisé sur son blog pour décrire le fameux Hack AirBnB/Craiglist et enrichissant ainsi le champs lexical des métiers du digital.

Avec ce  buzzword, ils ont désigné une nouvelle manière de faire du marketing.

Les précurseurs du Growth Hacking font (faisaient pour certains) partie de notre quotidien : Hotmail, Twitter, Youtube, Instagram, Facebook, Dropbox, LinkedIn, AirBnB, Pinterest, Slack, WhatsApp….

Pour mieux cerner leurs stratégies, voici quelques cas concrets, auxquels vous avez probablement participé :

Hotmail:

a mis la mention “PS: I Love You. Get Your Free Email at Hotmail”, pour inciter les destinataires à utiliser le service, ce qui lui a valu 20.000 utilisateurs en un mois et un million en 6 mois ;

Dropbox :

a mis en place un programme permettant à ses utilisateurs d’obtenir 500 Mo d’espace gratuit pour chaque ami affilié ;

AirBnb a décidé de diffuser ses annonces sur Craiglist pour faire découvrir Airbnb, cette opération a fait exploser le trafic sur le site internet.

YouTube s’est répandu sur la toile en proposant un “embed code”, permettant aux utilisateurs de poster des vidéos Youtube sur un site, un réseau social, un blog ;

Twitter propose des profils similaires à suivre, à chaque fois que l’on suit un utilisateur.

Ces entreprises ont hacké leur croissance de manière totalement singulière, en employant des leviers spécifiques à leurs clients et produits.

Si l’on apporte une vision plus macro à ces Hacks, on distingue des leviers similaires selon la nature de l’activité :

  • B to C : les produits comme Facebook, Twitter, Dropbox, reposent sur le partage et l’échange. Dès lors que l’on s’abonne, l’intérêt est de créer tout naturellement sa propre communauté. Les utilisateurs hackent eux même la croissance de la marque, gratuitement.

 

  •  Marketplaces : Les activités comme eBay ou AirBnB sont basées sur l’offre (vendeurs sur eBay, hôtes sur  AirBnB) et la demande (acheteurs sur eBay, guests sur AirBnB). Dans ce cas de figure, les utilisateurs peuvent se positionner à la fois sur l’offre et la demande.

 

  •  B to B : Les plateformes Slack, Hootsuite, Mailchimp, sont gratuites pour les services de base. Si l’on souhaite obtenir un service plus élaboré il faut alors commencer à payer un abonnement.

 

Ce que nous apprenons de ces entreprises devenues des multinationales, c’est que la créativité et l’innovation doivent être au coeur de chaque stratégie. Les évolutions technologiques inhérentes au secteur du digital offrent toujours de nouvelles possibilités qu’il faut être à même de détecter avant les autres pour surprendre et séduire ses utilisateurs.

+Sources

http://urlz.fr/4t9L

http://urlz.fr/4t9N

http://urlz.fr/4hAP

http://urlz.fr/4t9O

http://buff.ly/2gK3m87

http://buff.ly/2gK5IDK

http://buff.ly/2g2fcMh

http://buff.ly/2g2i3F7

http://buff.ly/2g2gHds

http://buff.ly/2gK64do

 

Write a comment