Categories
Feedback

L’algorithme un mot qui fait peur à plusieurs personnes mais en vérité sa définition est toute simple. Cela vous surprend certainement. Ôtons le voile à ce phénomène et dévoilons ses secrets.

L’algorithmique, la science des algorithmes

C’est tout bonnement une manière de résoudre un problème dans une suite ordonnée d’instructions indiquant une démarche bien précise. Toute personne a déjà trouvé une solution à une situation non désirée. Que vous le voulez ou non nous avons tous déjà exécuté un algorithme.
Aujourd’hui la notion d’algorithme est étroitement liée à l’informatique. Tout est algorithme. Tout le luxe technologique dont nous disposons est la progéniture de l’algorithmique, la science des algorithmes.
Toutefois un algorithme doit impérativement répondre à certaines caractéristiques.

Les 5 critères d’un bon algorithme

1- la validité d’un algorithme est sa capacité à effectuer la tâche pour laquelle il a été conçu. Prenant un exemple simpliste qui consiste à chercher un chemin pour la gare. Pour affirmer que la validité dans ce cas, le résultat doit impérativement l’arrivée à la gare en exécutant minutieusement les instructions dans un ordre bien déterminée
2- la robustesse est la faculté à protéger les conditions spéciales de son utilisation. Dans notre exemple les conditions spéciales pourraient être un touriste égaré dans sa voiture ou un sens interdit dans une instruction. Si notre algorithme ne tient compte que du piéton la question de la robustesse se pose naturellement.
3- la ré-utilisabilité de l’algorithme est le fait de pouvoir effectuer des instructions équivalentes à celles préétablies. Un algorithme me permettant de me rendre à la gare doit me permettre aussi de me rendre à un musée ou à un site historique.
4- la complexité porte bien son nom. C’est le nombre et la récurrence des tâches élémentaires à faire pour résoudre le problème. Pour mieux comprendre cette spécificité, faites les deux fameux problèmes de la complexité à savoir le problème du passage de rivière et le problème du sac à dos. C’est une vraie gymnastique pour le cerveau.
5- Finalement, l’efficacité d’un algorithme est l’utilisation optimale des ressources pour aboutir à un résultat prédéfini. Un raccourci pour arriver à la gare peut être une forme d’efficacité.

De l’algorithme à la programmation

L’algorithme est le précurseur de la programmation. Il exprime en effet la structure logique d’un programme avant de le traduire dans le langage voulu. La difficulté est d’apprendre le raisonnement et la programmation est une retranscription, même une traduction au sens propre de cette suite logique. Au fil du temps plusieurs langages de programmation sont apparus et regroupés en génération. La première génération est le langage de la machine. La deuxième est plutôt le langage d’assemblage basé essentiellement sur le système binaire. A cette époque l’apparition des périphériques de saisie (le clavier) et de visualisation (l’écran). La troisième génération est une suite naturelle au langage machine et au langage d’assemblage. C’est la génération des langages évolués. Ces langages sont plus en adéquation avec notre façon de faire, notre manière de penser et de conceptualiser. L’émergence de la quatrième génération a chevauché la troisième et laisse place à des langages plus spécialisé. Finalement il y a la cinquième génération. Ce sont des langages destinés à résoudre des problèmes à l’aide de contraintes plutôt qu’à partir d’algorithme. La particularité phare de cette génération est sa faculté à mener un raisonnement logique et proche de l’Homme. On les retrouve d’ailleurs dans l’intelligence artificielle.

Quels sont les algorithmes que nous utilisons chaque jour ?

 

Les sites web et les réseaux sociaux

Nous sommes exposés quotidiennement à des activités algorithmiques. Facebook adapte le fil de notre actualité en se basant sur notre activité. Notre page d’actualité n’affiche pas les publications les plus récente mais plutôt le contenu le pertinent pour nous, pour notre activité. C’est l’algorithme de Facebook qui juge cette pertinence. La même chose se passe quand nous effectuons une recherche sur Google. Selon la requête, Google affiche ce lui semble le plus adéquat à notre recherche. Il ne fait pas de tri en fonction de la date. C’est ce qu’on appelle des méthodes de « machine learning » .

Les déplacements

Le GPS intègre également un algorithme permettant à l’utilisateur. Il fournit le chemin le plus court et le plus optimale pour se déplacer d’un pour A vers un point B. les sites de réservations en ligne intègre aussi un algorithme pour pouvoir filtrer les places disponibles sur le train et l’avion, pour gérer les annulations, les correspondances et le trafic dans les régions mentionnés. Pour les geek et les plus curieux jetez un coup d’œil au fonctionnement du GPS.

Un aperçu sur les Géants

l’algorithme de Google permet à ce géant d’asseoir sa suprématie sur le marché. Aujourd’hui il est bien plus performant que Yahoo, Ask , Lycos ou encore Bing.
Netflix adapte les mises en avant des séries et des films selon chaque profil et ce qu’il a déjà regardé. Il peut même personnaliser la vignette d’illustration des contenus.
Amazon, son algorithme a la faculté d’affiner le cross-selling. Cette entreprise a su fidéliser et augmenter le montant des paniers moyens.
Quant à Tinder, il définit un score de « désirabilité » selon les photos, les centres d’intérêt et votre côte en fonction des “swipes” à gauche ou à droite.
Finalement Facebook, disposant de l’ algorithme “EdgeRank” a pour objectif de comprendre comment capter un maximum de temps sur la plateforme auprès de ses utilisateurs.

Conclusion

Nous somme tous d’accord que les algorithmes ont rendu possible les recherches vers les solutions numériques de plus en plus performantes et de plus en plus autonomes. Ces machines ingénieuses arrivent à déterminer l’offre et faciliter la vie à l’utilisateur. En effet l’utilisation de l’informatique est extrapolée dans presque tous les secteurs d’activités. On peut donc dire que l’algorithme est pratiquement comme un cerveau humain avec des connaissances et des expériences. Il comprend les caractéristiques des utilisateurs sur la base des données existantes et comment les appliquer à de nouveaux prospects.

rédigé par Farah Abida et Ibrahim Fofana

Write a comment